Michel Wintacq ne s’ennuie pas, même si le foot lui manque

Il n’a pas perdu la fibre et aimerait encore entraîner.
Il n’a pas perdu la fibre et aimerait encore entraîner. - E.G.

À la fin du mois de mars, alors que le premier confinement venait de commencer, la fédération rendait ses verdicts sur base des classements arrêtés. On s’en souvient, Pâturages avait fait les frais de la formule choisie en fonction des circonstances exceptionnelles. Le club relégué en P2, la direction des Loups décidait, dans la foulée, de repartir d’une page blanche. Bref, de ne pas prolonger Michel Wintacq, qui avait été appelé à la rescousse durant le premier tour. « Je ne comptais, de toute façon, pas poursuivre », rappelle le Hornutois. « N’empêche, le Standard ne méritait pas de descendre. Il restait huit matches à disputer et nous n’avions qu’un point de retard sur le premier non-relégable. Je reste convaincu que nous nous serions sortis d’affaire. Malheureusement, nous n’avons pas eu l’occasion de parachever le travail… »

« Je préfère être à la maison pour l’instant »

L’issue n’a pas entamé la passion. « Le foot me manque, c’est clair. D’un autre côté, il se trouve à l’arrêt forcé et à choisir, je préfère être à la maison pour l’instant. Que peut faire un entraîneur aujourd’hui, à part distribuer des programmes d’entretien ? Et encore, on sait ce qu’ils valent ! Ils sont loin d’être respectés à la lettre, du moins au niveau provincial. Une interruption de plusieurs semaines, plusieurs mois même, nuit à la condition physique. La sédentarité de certains joueurs risque donc de poser pas mal de problèmes à la reprise. Sans parler de la motivation. Vestiaires et buvettes inaccessibles ne sont pas de nature à favoriser les liens au sein d’un groupe. C’est vraiment ingérable ».

« Il me plairait de reprendre une équipe  »

Pas directement concerné, Michel Wintacq ne dirait pas non à l’idée de retrouver un poste l’été prochain. « Je n’ai pas encore eu d’appel du pied, mais bon, la période ne s’y prête pas. Ceci dit, il me plairait de reprendre une équipe en vue de la prochaine campagne. Je suis plus disponible puisque je travaille désormais à mi-temps. En attendant, je jardine quand la météo le permet, et je bricole à l’intérieur. Quant au foot, il se limite, dans l’immédiat, aux matches retransmis à la télé. Franchement, je n’ai pas le temps de m’ennuyer ».

F.Mi.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Pâturages (c.f. Colfontaine)Colfontaine (Hainaut)
Aussi en Sport régional