Un espoir de «vie d’avant» conditionné à la responsabilité de chacun

Un espoir de «vie d’avant» conditionné à la responsabilité de chacun

On en rêve tous. Quel que soit notre âge, quelles que soient nos priorités socioprofessionnelles. Tous, nous avons envie de revivre « comme avant ».

Aujourd’hui, malgré les critiques, nous avons des perspectives qui ont été établies pour les différents secteurs sur base des chiffres de la vaccination. Fort bien, c’est une première avancée.

Néanmoins, pas sûr que cela suscite l’adhésion de l’ensemble de la population. D’autant que les chiffres « qui comptent », à savoir les hospitalisations et l’occupation des lits de soins intensifs, sont plutôt bons, a fortiori en province de Liège. Mieux, on est loin de connaître une flambée de cas ! Et ce, malgré les « excès » que nous avons connus, notamment via les rassemblements festifs d’une jeunesse en mal légitime de lien social. Cela doit amener nos dirigeants à réfléchir. Bien sûr, il ne peut être question d’ouvrir complètement les vannes. Mais d’avoir une vraie réflexion centrée sur les priorités réelles des gens, celles qui les impacteront positivement dans leur quotidien. Les débats sur le couvre-feu ou les voyages, c’est très bien. Mais il suffit de discuter çà et là avec les gens pour comprendre qu’une très large majorité rêve surtout de recevoir sa famille à souper, d’aller en terrasse puis à un concert avec des amis, d’aller en couple assister à une pièce de théâtre ou un opéra.

Dès lors, l’idée de faire des expériences grandeur nature ne peut qu’être applaudie et soutenue. On sait que les mesures de sécurité sanitaire doivent être revues parallèlement à une intensification de la campagne de vaccination. Tenter, là où la situation épidémiologique le permet, de faire revenir la vie, même en expérience-pilote, est une vraie lueur d’espoir pour tous. Une lueur d’espoir qui doit toutefois être conditionnée sans aucune réserve à la responsabilité de chacun. Autrement dit, il faut accepter de se faire tester plusieurs fois, de respecter une quarantaine par précaution, mais aussi et surtout se faire vacciner dès que l’opportunité se présente à nous. Non seulement pour nous protéger nous-mêmes, mais aussi les autres. Et, surtout, pour reprendre cette vie normale qui nous manque tant.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :province de Liège
Notre sélection vidéo
Aussi en REGION LIEGEOISE