Terrible constat: un millier de fermes en moins dans la région du Centre depuis 1980!

Anne Verbeke et ses chèvres.
Anne Verbeke et ses chèvres. - D.C.

Depuis 1980, le Centre a perdu 1071 exploitations agricoles, passant de 1.734 fermes à 663 en 2019 (- 61,8 %). C’est à Manage, La Louvière et Morlanwelz que la diminution a été la plus forte avec plus de 75 % d’exploitations en moins par rapport à 1980. À l’inverse, c’est à Estinnes (-54 % tout de même), Braine-le Comte (-56,1 %) et Le Rœulx (- 56,9 %) où la diminution a été la moins forte. « Chaque année depuis 1980, 3 % des fermes en moyenne disparaissent de la Wallonie », observe Guillaume Van Binst, secrétaire général de la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA). « Le phénomène est comparable en Flandre. » C’est à Soignies (169) et à Braine-le-Comte (104) qu’on en trouvait encore, en 2019, le plus grand nombre. À l’inverse, l’urbanisation de La Louvière, Manage et, dans une moindre mesure, Morlanwelz, a eu des effets néfastes sur ce nombre : c’est là où on retrouve le moins de fermes dans la région.

Vente directe

En même temps, l’âge moyen des exploitants est passé, en Belgique, de 58 ans à 55 ans en cinq ans. En clair, de moins en moins de jeunes s’installent pour compenser le départ des aînés. Il est vrai que le métier de fermier ne présente pas beaucoup d’attraits : revenus faibles par rapport à la quantité de travail fourni. Des investissements extrêmement lourds pour des jeunes qui veulent se lancer. Pour augmenter les rentrées financières, un certain nombre de fermes diversifient leurs activités en vendant directement leurs produits aux consommateurs (souvent des légumes ou des produits laitiers). « Mais ce n’est pas transposable à tout le monde », tempère Guillaume Van Binst. « Se diversifier implique des investissements alors que certains ont déjà la corde au cou. C’est aussi du temps de travail supplémentaire alors que des agriculteurs bossent déjà énormément. Enfin, toutes les exploitations ne sont pas forcément bien placées sur un axe routier. »

Si la diminution du nombre d’exploitants est incontestable, la superficie agricole utilisée n’a, toujours selon Statbel, diminué que de 4,9 % en 40 ans. Explication : il y a de moins en moins d’agriculteurs pour exploiter quasiment autant de terres. Donc, les fermes sont de moins en moins nombreuses… mais de plus en plus grosses.

Thomas Donfut

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DU CENTRE