Un «champion» de racisme et de bêtise…

Editorial
Demetrio Scagliola, Rédacteur en chef de Sudpresse.
Demetrio Scagliola, Rédacteur en chef de Sudpresse. - V.R.

Au moment même où les forces de l’ordre tentent de mettre fin à la cavale d’un dangereux extrémiste, une odieuse scène a enflammé les réseaux sociaux et le monde du football ce vendredi. On y voit Noa Lang, étoile montante du Club de Bruges et probable futur footballeur pro de l’année, entonner avec des « fans » brugeois des chants clairement racistes et antisémites prenant pour cible le Sporting d’Anderlecht.

Ce n’est pas la première fois que l’on entend des propos scandaleux et intolérables monter depuis les tribunes.

Les différentes campagnes de prévention des institutions sportives semblent avoir un impact limité sur certains écervelés. Le vrai problème, c’est que le monde du foot, notamment certains clubs, n’a toujours pas pris la mesure de son rôle et de la gravité des propos tenus. Qu’une star de notre championnat se prête à ce genre de comportement est déjà gravissime en soi. Mais que son employeur, qui n’est autre que le club champion de Belgique, tente de banaliser ses propos en les mettant sur le compte du « folklore » prouve que l’on est loin du compte. Mais aussi que le monde du foot n’a pas totalement pris conscience de son impact social, ni des fractures et des tensions qui minent le pays. À quelques semaines de l’Euro, il faut se souvenir que le foot peut être un formidable vecteur de partage, de joie, de passion et de cohésion sociale. Mais que si on ne sanctionne pas durement ceux qui dévoient ces belles valeurs, on risque de laisser le champ libre à ceux qui le réduisent à une stupide machine de haine…

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruges (Flandre occidentale)
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique