Préserver l’école de la violence pour lui permettre d’assurer sa mission: enseigner

Préserver l’école de la violence pour lui permettre d’assurer sa mission: enseigner

Nous en sommes donc là. Devoir demander aux élèves de primaires (!) de laisser leur GSM à leurs professeurs ou à la direction en arrivant à l’école pour éviter des réactions excessives de leurs parents. On pourrait légitimement se demander si l’on ne force par un peu trop le trait, si les autorités communales sérésiennes n’ont pas été un pas trop loin en adoptant un règlement plus strict dès la rentrée prochaine au sein de ses implantations scolaires. Ce n’est pas le cas.

La violence dans l’espace de l’école de la part de parents d’élèves est malheureusement une réalité à laquelle de (très) nombreux enseignants doivent faire face. Loin de nous l’idée d’être vieux jeu, mais force est de constater que le respect pour les professeurs et l’institution scolaire en tant que telle est en déclin. Aujourd’hui, il arrive de plus en plus que des parents ne se privent pas de hausser le ton pour contester telle ou telle décision prise, estiment-ils, à l’encontre de leur enfant.

À partir de là commence une sorte de surenchère où l’on va toujours plus loin dans la violence. Verbale, souvent. Physique, parfois. C’est intolérable. L’école est un lieu d’apprentissage et de transmission du savoir. L’endroit où l’enfant recevra les clés qui lui permettront d’ouvrir les différentes portes de sa vie future. Telle est la mission des enseignants, qui doivent pourtant de plus en plus avoir un rôle d’éducation – qui n’est pas le leur à la base – face à certains excès de la part des élèves. L’école doit être un espace apaisé. Et s’il faut passer par des mesures fortes, comme la confiscation des portables dès l’entrée dans l’établissement, pour permettre de se focaliser sur l’essentiel, ainsi soit-il.

Notre sélection vidéo
Aussi en REGION LIEGEOISE