La Belgique durement touchée par les orages: le point dans chaque région

Vidéos
La Belgique durement touchée par les orages: le point dans chaque région
Capture vidéo, FVH et DR

Les orages étaient attendus et ils n’ont pas manqué à l’appel. Ce mardi soir, ils étaient même très violents en certains endroits. Dans plusieurs régions de Wallonie, et même du pays, on ne comptait plus les interventions des pompiers, les routes inondées ou encore les maisons sous eau. Petit tour d’horizon de la soirée et nuit vécu par certaines communes, avec photos et vidéos.

> Vous pouvez nous envoyer vos photos et vidéos via notre bouton alertez-nous.

Région de Mons-Borinage

Un violent orage s’est abattu sur la région de Mons-Borinage mardi en fin d’après-midi. Mais il a été très localisé. Les villages de Sirault et Neufmaison ainsi que la commune de Lens ont été les plus touchées. Des routes et des caves ont été inondées.

En fin d’après-midi, un violent orage s’est abattu sur Mons-Borinage. Toute la région n’a cependant pas été touchée. Seuls quelques villages ont été frappés par les fortes intempéries. Ça a notamment été le cas à Sirault et Neufmaison. Les pompiers de Saint-Ghislain ont dû y intervenir.

L’orage s’est abattu sur Sirault et Neufmaison.
L’orage s’est abattu sur Sirault et Neufmaison. - Facebook / Sirault

« Nous avons reçu des appels pour des routes et des caves inondées », nous explique-t-on à la caserne de Saint-Ghislain. « Mais finalement, ça a été plus calme qu’annoncé. La situation n’a pas été catastrophique. L’orage, qui a été violent, n’est tombé que pendant quelques minutes. Les égouts n’ont cependant pas pu tout absorber d’un coup, ce qui a provoqué des inondations. Nous avons notamment dû pomper de l’eau dans des caves. » Vers 19h, la situation était maîtrisée par les secours.

La commune de Lens a aussi été victime du violent orage. La rue du Thy a été inondée. Idem dans le village de Bauffe.

La rue du Thy à Lens.
La rue du Thy à Lens. - Facebook / Vivre à Lens

A Neufvilles, près de Mons, la voirie a même cédé.

Dans le Hainaut

À Braine-le-Comte, plusieurs habitants ont annoncé en début de soirée avoir déjà les pieds dans l’eau du côté du chemin de Feluy, des rues de la Bienfaisance, des Digues, de la Coulette, de l’Eglise et des Viviers et également à travers champs à Petit-Roeulx. Plus d’informations ici.

À Fleurus, les intempéries ont également causé des soucis de circulation. Au niveau de la chaussée de Charleroi, l’accès à l’E42 en direction de Liège était fermé.

À Liège

Du côté de Liège, c’est la commune de Lincent qui a été touchée par des inondations.

En Hesbaye, de nombreuses rues ont été inondées et plus de 60 interventions de pompiers ont été effectuées jusqu’à présent. De fortes pluies se sont abattues en début de soirée sur la région hannutoise. Plusieurs rues de Hannut mais aussi de Wasseiges, de Lincent ont été inondées. Les pompiers de la zone de Hesbaye avaient déjà effectué une soixantaine d’interventions en milieu de soirée.

Dans le Brabant Wallon

Dans le Brabant wallon, plusieurs endroits ont été touchés par les intempéries notamment à Villers-la-Ville, Jodoigne, Hélécine, et également à Orp-Jauche, lit-on dans les colonnes de RTL.

En Flandre

En Flandre, la situation n’était pas vraiment meilleure, comme le montrent nos confrères du Laatste Nieuws. À Saint-Trond, le plan catastrophe a même été déclenché.

Le trafic ferroviaire perturbé entre Bruxelles et Hal en raison d’une inondation

Le trafic ferroviaire perturbé entre Bruxelles et Hal en raison d’une inondation
Belga

De fortes précipitations se sont abattues mardi soir sur la région du Pajottenland, au sud-ouest de Bruxelles. Plusieurs communes ont dû déclencher leur plan d’urgence.

Intempéries: effondrement de voirie et multiples interventions dans le Brabant wallon

Intempéries: effondrement de voirie et multiples interventions dans le Brabant wallon
Belga

Les sapeurs jodoignois ont été appelés à intervenir mercredi vers 07h30 dans la ruelle Malhomme, où la route s’est effondrée sur une distance de plusieurs mètres.

Depuis mardi soir, les pompiers ont effectué plus de 360 interventions en raison des intempéries dans le Brabant wallon, a indiqué un dispatcheur de la centrale de secours.

Les zones de Jodoigne et Wavre sont particulièrement affectées par des inondations de maisons, de caves et de chaussées. Les pompiers sont également intervenus à Braine-l’Alleud, Court-Saint-Étienne et Waterloo. Aucun blessé n’a été signalé.

La voirie s’effondre route de Montignies à Neufvilles suite aux intempéries

La voirie s’effondre route de Montignies à Neufvilles suite aux intempéries
D.R.

Plusieurs cours d’eau se trouvent à la limite du débordement. La situation est sous surveillance en raison des fortes pluies qui se sont abattues dès mardi soir notamment sur le Brabant wallon. Mais La région du Centre n’a pas non plus été épargnée, en particulier à Braine-le-Comte où certains habitants avaient déjà les pieds dans l’eau dès hier soir.

À Soignies, sur la route de Montignies à Neufvilles, un cours d’eau est sorti de son lit faisant s’affaisser la voirie. Personne n’y passait heureusement à ce moment-là. Si la route a dû être bloquée dans les deux sens, une déviation a pu être mise en place via le chemin d’Hubermont en venant de Neufvilles et via le chemin Saint-Nicolas en venant de Jurbise

En ce qui concerne la circulation des bus vers Chaussée-Notre-Dame-Louvignies, un arrêt provisoire sera installé à la rue Godimont à proximité de l’école. Des analyses sont en cours et permettront d’envisager la reconstruction de la route.

75 litres de pluie par mètres carrés

Les niveaux s’étaient stabilisés mercredi entre 1h00 et 2h00 du matin, mais la pluie est, depuis, à nouveau tombée en abondance. En début de matinée, les relevés de précipitations se déclinaient comme suit : 75 litres par mètre carré à certains endroits.

Pompiers et ouvriers communaux sont sur le pont depuis hier face aux intempéries.

Déjà pour les précédentes inondations début juin, la Ville de Soignies avait introduit une demande officielle de reconnaissance comme calamité publique auprès de la Région wallonne.

Inondations: plus de 90 litres/m² d’eau sont tombés hier à Braine-le-Comte!

Inondations: plus de 90 litres/m² d’eau sont tombés hier à Braine-le-Comte!
D.R.

Hier, des orages entraînant de très fortes précipitations ont touché la Belgique, provoquant à nouveau inondations et coulées de boues sur l’entité de Braine-le-Comte.

« Ce mardi, en fin de journée, plus de 90 litres d’eau par mètre carré sont tombés en quelques heures, soit le double du niveau de pluie recensé lors des intempéries du 4 juin », communique la ville de Braine-le-Comte.

« Dès le début de l’orage, les services de secours, les autorités communales et les agents du Service Travaux ont été à pied d’œuvre pour sécuriser les secteurs et venir en aide aux citoyens sinistrés. »

Une réunion de crise s’est également tenue afin d’évaluer la situation, zone par zone, et intervenir rapidement en fonction des rues les plus gravement touchées.

« Malgré un curage régulier des avaloirs de l’entité, les précipitations de ce mardi soir furent si intenses qu’il était impossible pour le système d’égouttage d’évacuer et d’absorber complètement la grande quantité d’eau tombée en un très court temps. Les avaloirs fonctionnent en effet comme autant d’entonnoirs qui empêchent aussi de surcharger le pertuis et éviter que l’eau transitant sous la Ville ne remonte alors dans les caves. »

Certaines nouvelles sont positives : « Grâce à la Zone d’Immersion Temporaire jouxtant les bassins, et au travail de nos ouvriers communaux, le niveau d’eau des Étangs Martel a pu être maîtrisé. »

Par contre, La Brainette est sortie de son lit entre Braine-le-Comte et Petit-Roeulx-lez-Braine, inondant certains jardins, suite à un bouchon de branchages charriés par l’intensité de l’eau.

Les fascines mises en place depuis le 4 juin

À différents endroits, des fascines temporaires (ballots de paille) ont été, et seront encore, placées en bordure de voirie, le long de terres agricoles, de manière à poursuivre le programme déjà entamé par des étudiants dans le cadre de l’opération « Été solidaire ».

« Ces dispositifs en matériaux naturels permettent de retenir les boues, mais pas l’écoulement des eaux. Ils sont installés notamment rue de la Choque, rue d’Enghien, route de Petit-Roeulx, rue du Pire et à Hennuyères. Les fascines posées se sont révélées efficaces et ont pu retenir une grande quantité de boues du côté des champs. C’est pourquoi des aménagements en ce sens vont être poursuivis et renforcés ces prochains jours. »

Autres aménagements en cours ou déjà réalisés

Plus 90 litres d’eau au mètre carré sont tombés ce mardi.

Les autorités communales réfléchissent à d’autres aménagements éventuels comme des bandes enherbées en collaboration avec les agriculteurs. Des haies ont ainsi été plantées mais leur pousse ne permet pas encore des effets visibles. Plus ponctuellement, certains dispositifs comme un fossé à recreuser et un pertuis endommagé sur la Senne seront réparés.

Les projets urbanistiques ne seraient pas en cause

Beaucoup pointent l’urbanisation et la construction de logements. ce que réfute la Ville : « Au niveau des nouveaux appartements construits sur l’ancienne friche des Autobus Brainois, une zone de rétention d’eau a été imposée dans les charges d’urbanisme du projet. Cette zone est d’ailleurs déjà en partie réalisée et visible mais pas encore entièrement terminée. Pour les nouveaux appartements situés à l’angle de la rue de la Bienfaisance et de la rue des Digues, des citernes d’eau ont également été imposées dans les charges d’urbanisme et celles-ci sont déjà opérationnelles. »

De plus, une nouvelle Zone d’Immersion Temporaire (ZIT) est prévue prochainement au niveau du chemin de la Dîme à Hennuyères.

Nouveau dossier de calamité naturelle publique

« Nos services ont été sur le terrain toute la nuit avec les services de secours, afin de venir en aide aux habitants sinistrés, nettoyer les rues et coulées de boue, poser des sacs de sable pour limiter les dégâts… », indique le bourgmestre Daye. « La Ville de Braine-le-Comte va également entrer un dossier auprès de la Région wallonne, afin de faire reconnaître les orages de ce mardi comme calamité naturelle publique, et permettre aux citoyens d’être mieux dédommagés. Nous invitons donc toutes les personnes ayant subi des dommages à prendre contact avec nous, via les modalités pratiques qui seront renseignées sur le site de la Ville. »

Une dizaine d’interventions des pompiers en province de Namur à cause des intempéries

Une dizaine d’interventions des pompiers en province de Namur à cause des intempéries
Belga

Les pompiers sont intervenus dans le nord de la province, à Sauvenière, Grand-Leez, Gembloux... «Le plus souvent pour des caves inondées et des coulées de boues sur les routes», a précisé le poste de garde de la zone de secours NAGE.

Certaines opérations de nettoyage étaient toujours en cours mercredi matin.

De nombreuses inondations ont touché la Wallonie picarde, dont Pairi Daiza

On dénombre une vingtaine d’interventions de la part des pompiers dans la région de Leuze-en-Hainaut mardi soir, principalement dans le village de Pipaix. On ne déplore aucun blessé. Par contre, des caves d’habitations ont été inondées, des rues se sont retrouvées sous eau, des avaloirs n’arrivaient plus à assurer leur fonction et d’importantes coulées de boue se sont formées.

Hoves, village de l’entité de Silly, a également été fortement impacté. Certains habitants ont dû être évacués et relogés. Toujours à Silly, l'école communale du village de Graty a été inondée. Les villages de Vaulx et Blaton ont été concernés mais les dégâts sont moindres. Quelques accidents de la circulation se sont produits suite aux conditions difficiles mais là aussi, aucun blessé n’est à signaler.

Pairi Daiza s’est réorganisé

Le parc Pairi Daiza a aussi été victime des eaux. Le parcours habituel a dû être modifié pour éviter les zones inondées, dont la plaine de jeux. « La Dendre qui traverse le parc a débordé. Nous avons dû réfléchir à un parcours sécurisé pour ne prendre aucun risque à l’égard de nos visiteurs, ce qui a entraîné un léger retard au moment de l’ouverture », explique Claire Gilissen, la porte-parole du parc. « Les visiteurs souhaitant se rendre dans la partie nord (Nautilus, volière cathédrale,...) du parc doivent rentrer par l’entrée habituelle. Pour les visiteurs souhaitant se rendre dans la partie sud (terre du froid, royaume de Ganesha,...), située de l’autre côté de la Dendre, ils doivent ressortir et entrer par le Pairi Daiza Resort », précise-t-elle.

Certaines zones situées le long de la Dendre sont momentanément inaccessibles, comme celle des gorilles. La situation devrait évoluer dans les prochaines heures.

Leuze-en-Hainaut: une vingtaine d’interventions à la suite des fortes pluies

Leuze-en-Hainaut: une vingtaine d’interventions à la suite des fortes pluies
Belga

Les services de secours de Wallonie picarde ont été alertés mardi soir, vers 18h30, d’une série d’inondations à la suite des pluies diluviennes qui étaient tombées peu avant.

L’entité de Leuze-en-Hainaut, principalement le village de Pipaix, a été frappée par ces fortes pluies soutenues par un vent violent. Rien que dans la région de Leuze, les pompiers sont intervenus à une vingtaine de reprises pour des caves inondées dans des habitations privées, des rues sous eau, des coulées de boue et de nombreux avaloirs bouchés.

Dans une moindre mesure, le Tournaisis a aussi été touché, notamment la localité de Vaulx. Pour les mêmes causes, les pompiers sont aussi intervenus plusieurs fois dans le village de Blaton, dans l’entité de Bernissart. Ces pluies diluviennes ont aussi causé quelques légers accidents de la circulation, sans le moindre blessé.

Le canal Charleroi-Bruxelles en alerte de crue, d’autres cours d’eau wallons aussi

Le canal Charleroi-Bruxelles en alerte de crue, d’autres cours d’eau wallons aussi
Christophe Hennuy

Lors du dernier point sur la situation publié peu avant 9h, les risques de crue concernaient le canal Charleroi-Bruxelles, la Senne, la Dendre, la Gette, la Dyle ainsi que leurs affluents.

Selon les prévisions actuelles, la hausse des niveaux devrait se poursuivre progressivement au cours des prochaines heures, précise encore l’administration. Cette dernière conseille aux riverains de rester à l’écoute des bulletins d’informations météorologiques et hydrologiques, ainsi que de suivre les indications de l’administration communale, des services de secours et de police.

Le Geer déborde encore à cause des intempéries: des riverains excédés (vidéo)

Le Geer déborde encore à cause des intempéries: des riverains excédés (vidéo)
Laura Hollange - D.R.

Georges et Isabella Goevaerts habitent dans le rue Romain Vandermeer à Glons. Le fond de leur jardin n’est séparé du Geer que par une promenade de 5 ou 6 mètres de large. « Cela fait dix ans que nous habitons cette maison », explique Georges. « En l’achetant, nous ignorions qu’elle se trouvait en zone inondable. Quinze jours après notre emménagement, nous connaissions notre première inondation. »

Depuis, il y en a eu d’autres, la plus importante étant celle de juin 2017, lorsque leur maison s’est retrouvée envahie par 60 cm d’eau. Et ils craignent de connaître à nouveau pareille mésaventure dans les heures qui viennent.

Depuis deux nuits, Georges et Isabella ne dorment en effet plus, surveillant le cours d’eau. Car avec les fortes pluies de ces derniers jours, le niveau du Geer a commencé à monter dangereusement, recouvrant d’abord la promenade et, depuis ce mercredi matin, plusieurs jardins. « Et l’eau commence à refouler par les égouts, poursuit Isabella. « Il n’y a encore rien dans la maison, mais l’eau ressort par les taques qui se trouvent près de la maison. Et dans les jardins, l’eau monte de plus en plus rapidement. »

« Ce qui nous inquiète encore plus cette fois-ci c’est qu’habituellement, le niveau monte très vite mais redescend très vite aussi », poursuit Georges. « Or, ici, il y a eu plusieurs heures entres les averses et il n’est pas redescendu. En voyant ça, on a déjà commencé à surélever tout ce qu’on pouvait dans la maison pour le cas où. »

La commune est également venue leur amener des sacs de sable. « On a fermé les volets, mis les sacs devant et on croise les doigts. » Si les jardins de la rue Vandermeer sont touchés, ce n’est pas le seul endroit de bassenge où le cours d’eau a débordé depuis ce mercredi matin. C’est notamment le cas du quartier des Bannes ou de la rue Devant les cours.

Ce phénomène d’inondations est malheureusement bien connu à Bassenge, qui n’est pas surnommée « La Vallée du Geer » pour rien. Mais pour les Goevaerts, il pourrait s’améliorer si au moins on entretenait plus souvent le cours d’eau. « Il y a un manque d’entretien énorme. Ca fait des années qu’il n’a plus été curé, explique Georges. « Les berges ne sont pas non plus entretenues et la végétation empêche l’eau de s’écouler facilement. Et puis, il y aussi les gens qui ne respectent rien et qui y jettent des sacs poubelles. On y a même retiré un radiateur. Mais tout ça forme des barrages ce qui accélèrent les débordements. Je pense donc qu’il faut le curer pour redescendre son lit, nettoyer correctement et régulièrement les berges et les surélever. Tout ça éviterait les inondations. Lorsqu’on en a parlé avec la commune, on nous a répondu que c’était à la région de le faire. En attendant, on s’inquiète à chaque fortes pluies. Quand on a des inondations, et même si on est assuré, les tracas c’est pour nous. J’ai dit à mon épouse qu’on va finir par déménager si ça continue. »

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique