Covid party à la caserne: «Quelque chose a dû mal se passer» (photos)

Covid party à la caserne: «Quelque chose a dû mal se passer» (photos)
Capture vidéo VTM

Une enquête a été ouverte par la Défense après que des images d’un strip-tease se déroulant dans la caserne de Tielen soient tombées entre les mains d’un journaliste de VTM News. Sur les vidéos, on peut apercevoir un membre du régiment des opérations spéciales attaché à une chaise et fouetté par une stripteaseuse. Un autre soldat pose tout nu avec une douzaine de ses collègues pour une photo de groupe avec la stripteaseuse. La femme aurait été amenée clandestinement dans la caserne sécurisée. De plus, les mesures sanitaires ne sont clairement pas respectées alors qu’à cette époque les rassemblements étaient encore strictement interdits par les règles corona.

Capture vidéo VTM
Capture vidéo VTM

« Inadmissibles »

Le numéro deux de l’armée, le lieutenant-général Marc Thys, a promis vendredi des sanctions disciplinaires et/ou statutaires si les faits révélés par la presse flamande étaient avérés à l’issue d’une double enquête. « S’ils sont avérés, ces faits sont inadmissibles au sein de nos installations et contraires aux normes et valeurs que nous prônons », a affirmé le vice-chef de la Défense à la chaîne de télévision privée VTM, qui a diffusé jeudi soir, tout comme le journal ’Het Laatste Nieuws’, des images d’une fête organisée en mai dernier au sein du quartier Capitaine Gailly, qui abrite le 3e bataillon parachutistes (3 Para), sans respect apparent des mesures sanitaires en vigueur à l’époque.

« Si les enquêtes confirment que des règles ont été transgressées (et/ou des règlements bafoués), nous prendrons des mesures disciplinaires et /ou statutaires à l’égard des militaires impliqués. Nous prenons cette affaire très au sérieux. Nous tenons également à rappeler que ces faits sont isolés et ne sont absolument pas représentatifs de l’ensemble du personnel de la Défense qui réalise avec grand professionnalisme chaque jour ses missions à l’étranger comme sur le sol national, par exemple encore en ce moment lors des inondations », a ajouté le général Thys.

Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes par la Défense, a-t-on précisé vendredi de source militaire.L’une est « de commandement », au sein du bataillon – le 3 Para en jargon –, et l’autre a été confiée au Service général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) pour déterminer comment la stripteaseuse visible sur les images a pu rentrer dans la caserne.

Le commandement était au courant

Ce samedi, Het Laatste Nieuws nous apprend que le commandement de la caserne en question était au courant de la fête et avait déjà donné certaines sanctions disciplinaire aux militaires présents à la fête. Problème, ni la ministre de la Défense, ni le vice amiral Michel Hofman ou encore le général Marc Thys n’ont été informés de cela. « Quelque chose a dû mal se passer dans les procédures », confie Yves Huwart, le président du syndicat de l’armée, à nos confrères flamands.

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique