Face B: 23.000 spectateurs pour les quatre jours de concerts à Charleville-Mézières

Le public a répondu présent.
Le public a répondu présent. - Loïc Warin

Ne pas faire « au rabais », ne pas se résigner, faire différemment, dans tous les cas s’adapter. Ne pas être un petit Cabaret Vert mais bien une « Face B », une exploration à la fois d’un temps plus long et d’une jauge plus faible imposée par le contexte sanitaire, mais aussi d’un lieu, La Macérienne, redessiné. Après ces 4 jours de Still A-Live, le volet musical de Face B, c’est peu dire que les organisateurs ressentent beaucoup de fierté à avoir relevé ce défi si particulier dans un paysage culturel estival totalement bouleversé.

23.000 spectateurs accueillis par quelque 700 bénévoles : voilà pour les chiffres. Parmi les spectateurs, de nombreux Belges. Car le festival de Charelville est très apprécié aussi de l’autre côté de la frontière. Et pour cause : une telle affiche, avec autant de « gros noms », cela n’existe pas en province de Luxembourg.

Les résultats chiffrés vont donc au-delà des espérances : 23 000 spectateurs au total et la soirée de samedi affichant complet avec 7000 personnes. « Néanmoins, nous retiendrons avant tout l’expérience, à savoir la satisfaction des spectateurs, palpable au travers des réseaux sociaux et des retours directs sur le site. Dans ce contexte si particulier, après 2 ans d’absence sur la plaine, c’est avant tout le public qui doit servir de curseur. Ce temps fort a également permis aux équipes de bénévoles, qui font l’âme de cet événement, de renouer avec le plaisir d’un accueil public réussi », indiquent les organisateurs.

« Parmi le top 6 des concerts, IAM, Soso Maness, Gaël Faye, Dionysos, Hervé, Vladimir Cauchemar ont livré des performances qui ont autant réjoui les fans que les curieux », estiment-ils. On rajoutera volontiers celle de Benjamin Biolay, qui a livré le vendredi soir une prestation de très haute tenue, et celle peut-être plus « intimiste » de Pomme le dimanche en début de soirée.

Le site de La Macérienne (une ancienne de vélos) a été totalement réinventé pour l’occasion. Il a accueilli notamment une expo, des DJ sets, etc. Et clairement, cela a fait l’unanimité. Insolite, créative et belle, la scénographie de ces espaces industriels (mise en lumière, totems, tableaux géants, jungle) a permis de révéler la capacité de réinvention d’un espace industriel. Vraiment la bonne surprise de ce festival.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Herve (prov. de Liège)province de Luxembourg
Aussi en Frontière française