6 morts et 28 blessés dans une fusillade à l’université d’Etat de Perm en Russie

6 morts et 28 blessés dans une fusillade à l’université d’Etat de Perm en Russie
Capture vidéo Twitter

Sur des images d’amateurs, on peut voir un homme tout de noir vêtu et coiffé d’un casque, marchant fusil à la main sur le campus universitaire, dans cette cité de l’Oural.

« Un étudiant se trouvant dans l’un des bâtiments de l’université (…) a ouvert le feu sur les gens autour. Conséquence de quoi, selon des données actualisées, six personnes sont mortes », a déclaré le Comité d’enquête russe, revoyant à la baisse le bilan précédent de huit morts.

Au moins 28 personnes ont en outre été blessées.

L’auteur de la tuerie, qui « opposait une résistance », a lui aussi été blessé au cours de son arrestation, a ajouté le Comité, qui n’a pour l’heure pas donné d’informations sur le mobile de son acte, ni sur son identité, le Kremlin évoquant pour sa part des problèmes « psychiques ».

Selon le Comité d’enquête, le tireur était armé d’un « fusil de chasse à canon lisse » qu’il avait acquis en mai dernier, soit avant un durcissement de la législation sur le port d’armes à la suite d’une précédente fusillade sanglante dans une école.

Fuyant la fusillade, des étudiants ont sauté des fenêtres du premier étage d’un bâtiment de l’université, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Dans une autre vidéo, faite à partir d’une fenêtre, on voit un individu vêtu de noir, encagoulé et casqué, se dirigeant vers l’entrée d’un bâtiment en chargeant un fusil et portant une sacoche.

L’assaillant a pénétré sur le campus vers 11h00 (8h00 heure belge), a précisé le service de presse de l’université.

Le président russe Vladimir Poutine a jugé que la fusillade lundi sur un campus universitaire de Perm était « un grand malheur » pour la Russie.

« C’est un grand malheur non seulement pour les familles qui ont perdu un enfant, mais pour tout le pays », a-t-il dit, dans des propos retransmis à la télévision, appelant aussi les forces de l’ordre à faire la lumière sur les motivations du tireur.

« Aucune parole ne peut faire taire la douleur du deuil, de ces pertes, surtout lorsqu’il s’agit de jeunes qui commençaient tout juste leur vie », a-t-il dit.

Les incidents armés de ce type se sont multipliés en Russie ces dernières années, entraînant un durcissement de la législation sur le port d’armes.

Aussi en Faits divers