Mortellement poignardé pour une casquette à Laeken: la cour d’assises débute jeudi

Dimitri, la victime, n’avait que 19 ans.
Dimitri, la victime, n’avait que 19 ans. - D.R.

Mourad Harrouchy est poursuivi devant la cour d’assises pour avoir poignardé Dimitri Lueya, durant la nuit du 1er au 2 novembre 2019, sur la banquette arrière d’une voiture, à proximité de la rue de l’Entrepôt à Laeken. Le 1er novembre au soir, Dimitri Lueya, étudiant en marketing à l’EPHEC, participait à une fête de mariage dans une salle à proximité. Il a accepté de monter dans une voiture conduite par un ami, dans laquelle se trouvait un autre homme côté passager et Mourad Harrouchy à l’arrière. Celui-ci le soupçonnait de lui avoir volé, la veille, sa casquette achetée 150 euros.

Dimitri Lueya a reçu un coup de couteau au niveau de la clavicule droite, porté par Mourad Harrouchy. Il a ensuite été déposé par les trois occupants de la voiture, inconscient et perdant énormément de sang, aux urgences de l’hôpital Paul Brien à Schaerbeek, vers 00h30 le 2 novembre. Une réanimation a été entamée, en vain. La victime est décédée d’un choc hémorragique à 02h10.

Quelques heures plus tard, vers 7h, Mourad Harrouchy s’est rendu au commissariat de police de la rue Démosthène à Anderlecht, pour se dénoncer. Il a ensuite été privé de liberté.

Changement de version

L’accusé a, dans un premier temps, raconté qu’il s’était agi d’un accident, prétextant que le couteau avait transpercé la victime après un freinage brusque. Mais lors de la reconstitution des faits, il a changé de version, affirmant que la victime avait sorti un couteau et l’avait menacé, puis qu’il était parvenu à s’emparer de l’arme et l’avait retournée contre son propriétaire. Il a déclaré également avoir jeté le couteau dans le canal au cours de la nuit.

Mais le conducteur et le passager du véhicule n’ont pas confirmé ses dires, déclarant qu’ils n’avaient pas vu la victime sortir de couteau.

Par ailleurs, le médecin légiste qui a assisté à la reconstitution des faits a affirmé qu’il était peu plausible que l’accusé soit parvenu à s’emparer du couteau des mains de la victime, de la manière qu’il décrit, sans présenter de lésions de défense.

Enfin, sur base des images de caméras de vidéo-surveillance, les enquêteurs ont pu déterminer que la victime n’est restée que quelques secondes dans la voiture avant que celle-ci s’arrête subitement sur un trottoir, puis se dirige vers l’hôpital.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers