Encore 350 postes à pourvoir à la Stib!

La Stib veut recruter davantage de femmes.
La Stib veut recruter davantage de femmes. - Stib

La Stib a visiblement beaucoup de projets en vue d’améliorer le service offert aux voyageurs. C’est ce qui explique ce besoin de nouveaux collaborateurs. En 2021, près de 900 postes ont d’ores et déjà été comblés, dont à peu près deux tiers représentent des fonctions d’ouvriers et un tiers d’employés. Il reste encore de nombreux postes à pourvoir, avec 75 postes ouverts à la conduite, 40 pour des fonctions techniques, 30 pour des agents multimodaux et 205 pour des fonctions d’employés.

Plus de femmes

La Stib ambitionne de sans cesse continuer à faire croître la proportion de femmes au sein de l’entreprise, en particulier pour les métiers du terrain, comme la conduite. Alors qu’elles représentaient 9,90 % de son personnel en 2017, les femmes à la Stib représentent aujourd’hui 11,15 % de son effectif. Cela correspond à une augmentation de 33,10 %. À la conduite, elles représentaient 6,95 % du personnel en 2017 contre 8,49 % aujourd’hui, ce qui correspond à une augmentation de 59,13 % en cinq ans.

Du personnel de terrain pour le réseau de demain

Parmi les postes ouverts cette année pour le terrain, les deux tiers l’étaient pour la conduite, principalement au bus. En effet, la Stib a acquis de nombreux nouveaux véhicules et le Plan Bus prévoit encore l’arrivée de nouvelles lignes, des augmentations de fréquences et de capacité.

En outre, elle recherche encore des profils techniques : en électromécanique, en électricité haute et basse tension, mais aussi pour accompagner les voyageurs sur le réseau. Au total, près de 150 postes d’ouvriers restent à pourvoir, à la conduite, pour des métiers techniques et des agents multimodaux.

Le défi de la digitalisation

De nombreux projets sont également prévus, pour faire évoluer le réseau de transport public : nouveaux véhicules, hausses des fréquences, extensions de lignes, information aux voyageurs… Ils permettront d’encore améliorer l’expérience de voyage sur le réseau et de répondre aux nombreux défis à venir, entre autres en termes de digitalisation. De nouveaux collaborateurs sont dès lors nécessaires pour réaliser ces projets et répondre aux défis de demain.

Les nouveaux profils sont très diversifiés : gestion de projets techniques, communication ou IT, coordination de chantiers, divers profils IT (sécurité, management, business analysts…), service achats, bacheliers techniques… Au total, il reste encore un peu plus de 200 postes d’employés à pourvoir.

La Stib a passé le cap des 10.000 collaborateurs en avril de cette année, ce qui en fait l’un des plus gros employeurs à Bruxelles.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES