Licenciement d’une cadre de la RTBF: Bénédicte Linard refuse tout commentaire

Licenciement d’une cadre de la RTBF: Bénédicte Linard refuse tout commentaire
Belga Image

« Je n’ai pas à intervenir dans cette procédure interne », a indiqué mardi la ministre, rappelant le statut d’entreprise publique autonome de la RTBF.

Une attitude qu’elle a d’autant plus défendue que « l’affaire va être à présent portée devant le Conseil d’Etat », a-t-elle ajouté en réponse à des questions de plusieurs députés sur ce sujet.

Le 17 septembre dernier, le conseil d’administration de la RTBF avait validé le licenciement de Christine Sprumont, une ancienne responsable administrative des ressources humaines. Celle-ci était soupçonnée d’avoir fait fuiter vers la presse en 2019 le salaire réel de l’administrateur général de la radio-télévision publique Jean-Paul Philippot, bien supérieur au plafond légal de 245.000 euros.

Contestant son licenciement, l’avocat de Mme Sprumont avait immédiatement indiqué qu’il introduirait un recours devant le Conseil d’Etat.

Suite à ces révélations de presse, M. Philippot avait été contraint début 2020 de rembourser 60.000 euros de salaires indus pour la période 2014-2018. Devant les députés, Mme Linard a confirmé mardi que cet argent avait depuis lors bel et bien été restitué par l’administrateur général.

Cette affaire intervient alors que la Belgique est appelée à transposer sous peu dans son droit national une directive européenne protégeant les lanceurs d’alerte. Interrogée sur l’avancement de ce chantier législatif, Mme Linard a indiqué que les discussions à ce sujet se poursuivaient entre les différents échelons de pouvoir en Belgique.

L’échéance pour la transposition est fixée au 17 décembre prochain, a-t-elle précisé.

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique