Villers-la-Ville dénonce le manque de proactivité de la Région au sujet des arcades

En 2013, un camion arracha les deux arches.
En 2013, un camion arracha les deux arches. - villers.be

Pour rappel, la Nationale 275 qui traverse le site de l’abbaye est une voirie régionale. C’est donc à la Région que revient la tâche des travaux, attendus depuis des années. Entre-temps et à la place de ceux-ci, des portiques provisoires en amont et en aval ont été installés. La Commune les juge insuffisants et dénonce le danger auquel sont soumises les arcades. Pour preuve, ces installations ont été accidentées à de multiples reprises.

« La Commune a toujours souhaité que la rénovation des arcades et les aménagements de voirie nécessaires pour une mobilité douce autour du site se fassent en concomitance », explique Julie Charles, Échevine de la Mobilité. « La Région avait eu le temps administratif pour préparer cette rénovation complète entre les deux accidents, en 2013 et 2018, et le début du chantier en 2020. Mais rien n’était prêt ! Au moment où la rénovation des arcades et les embarras de circulation prenaient place, la Région décidait, elle, de réaliser ces travaux de voirie plus tard… ! Cette position les oblige à faire des aménagements provisoires incohérents. »

« Ce laxisme régional menace les magnifiques travaux de reconstruction des arcades chapeautés par l’Agence Wallonne du Patrimoine », ajoute le Bourgmestre, Emmanuel Burton. « Pour rappel, ce sont 7.525 heures prestées et 50 artisans qui ont œuvré à ce chantier. »

Le site de l’Abbaye étant un lieu fortement fréquenté avec 7.000 passages au quotidien et 150.000 visiteurs par an, la Ville estime qu’une mobilité adaptée est nécessaire.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW