La Russie fonce sur l’Espagne en Coupe Davis, la Serbie en ballottage (vidéos)

Vidéos
La Russie fonce sur l’Espagne en Coupe Davis, la Serbie en ballottage (vidéos)
AFP

Avant son face-à-face avec l’Espagne tenante du trophée devant son public madrilène, la Russie du numéro 2 mondial Daniil Medvedev a assumé son statut de favori pour son entrée en lice dans la Coupe Davis, face au très abordable Equateur samedi.

Peu avant minuit, l’Italie est elle la première à s’être qualifiée pour les quarts de finale grâce à sa deuxième victoire en deux jours. Le sort de la Serbie de Novak Djokovic, battue 2-1 par l’Allemagne, est lui incertain.

Avec deux membres du top 5, un du top 20 et un du top 30 dans ses rangs, l’armada russe fait figure d’épouvantail.

La prestation éclair de Medvedev pour apporter à son pays le point de la victoire en est une illustation : le numéro 2 mondial a imposé sa loi en 58 minutes 6-0, 6-2, certes face au 148e mondial Emilio Gomez - fils d’Andres, lauréat de Roland-Garros en 1990 - mais qui avait donné du fil à retordre à l’Espagnol Pablo Carreño Busta (ATP 19) la veille.

L’équipe ibérique affaiblie

Auparavant, Andrey Rublev n’a pas eu la tâche aussi facile contre Roberto Quiroz, pourtant 291e mondial (et lui neveu d’Andres Gomez). Mais, après que son adversaire sud-américain a contrarié sa force de frappe par son sens de l’anticipation et ses variations dans le deuxième set, le numéro 5 mondial s’est ressaisi dans la manche décisive, pour conclure en moins d’une heure et demie (6-3, 4-6, 6-1).

Dans la soirée, aux côtés d’Aslan Karatsev en double, Rublev a permis aux siens de faire le plein face à l’Equateur (6-4, 4-6, 6-4 contre Hidalgo/Escobar). Comme l’Espagne la veille.

Place désormais au choc contre l’équipe ibérique, toutefois affaiblie par les forfaits de dernière minute de son N.2 Roberto Bautista (abdominaux) et de son nouveau phénomène Carlos Alcaraz (Covid), en plus de l’absence de Rafael Nadal. En jeu : la première place du groupe A et l’accession la plus directe aux quarts de finale.

Impeccable en simple, comme la veille contre l’Autriche (6-3, 6-2 contre Novak, victoire 3-0 de la Serbie), avec un succès 6-2, 6-4 face à Jan-Lennard Struff qui a ramené les Serbes à égalité avec l’Allemagne après la défaite de Filip Krajinovic dans le premier match contre Dominik Koepfer (7-6 (7/4), 6-4), le numéro 1 mondial, associé en double à Nikola Cacic, n’a pas réussi à apporté le point qui aurait envoyé les siens en quarts de finale.

«Nole» et Cacic ont pourtant eu un break d’avance dans le troisième set (4-2), et plusieurs autres occasions de break pour mener 6-5 et servir pour le match - la raquette du N.1 mondial n’y a d’ailleurs pas résisté. Mais ce sont Kevin Krawietz et Tim Puetz qui ont eu le dernier mot au tie-break décisif (7-6 (7-5), 3-6, 7-6 (7-5)).

Le sort de la Serbie (4 victoires pour 2 défaites au total) dépend désormais du dernier affrontement du groupe F entre l’Allemagne et l’Autriche. Et pas seulement.

Les deux meilleurs 2e également qualifiés

Car outre les six vainqueurs de groupe directement qualifiés pour les quarts de finale, les deux meilleurs deuxièmes s’y inviteront aussi.

Mais difficile de faire les comptes avant dimanche soir, tant les scénarios sont multiples... Parmi les prétendants à ces deux billets - et en fonction des résultats de la dernière journée de la phase de poules - il y a notamment la Suède (4-2), et en position beaucoup plus fragile, la France (3-3).

Après les Etats-Unis (battus 2-1 vendredi), la Colombie (2-0 avant le double), et voilà la jeune garde italienne, qui évolue devant le public turinois, en quarts de finale.

«C’est une sensation incroyable d’être déjà qualifié, merci pour l’ambiance, vraiment», remercie Jannik Sinner, victorieux 7-5, 6-0 de Daniel Elahi Galan.

Auparavant, Lorenzo Sonego avait ferraillé pendant plus de deux heures et demie pour venir à bout de Nicolas Mejia (6-7, (5/7), 6-4, 6-2).

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Tennis