Saint-Gilles: Jean Spinette désigné comme le futur nouveau bourgmestre

Exclusif
Saint-Gilles: Jean Spinette désigné comme le futur nouveau bourgmestre

Dans le cadre de la succession de Charles Picqué (PS) à la tête de la commune, les socialistes saint-gillois ont été amenés à voter ce mardi soir pour le nouveau ou la nouvelle bourgmestre. Trois candidats étaient en lice pour le poste : l’échevine des Affaires sociales et des Logements Cathy Marcus (PS), l’échevin de l’Enseignement Jean Spinette (PS) et la présidente du CPAS Myriem Amrani.

C’est Jean Spinette qui a obtenu les faveurs des militants socialistes de Saint-Gilles. Il sera présenté comme le nouveau bourgmestre de Saint-Gilles en mai 2022 quand Charles Picqué partiera définitivement à la retraite.

Jean Spinette, futur bourgmestre de Saint-Gilles: «C’est une victoire collective»

Jean Spinette.
Jean Spinette. - E. G.

Après 36 années passées en tant que bourgmestre de Saint-Gilles, Charles Picqué (PS) cédera, au printemps 2022, son écharpe mayorale à l’échevin de l’Enseignement Jean Spinette (PS). Réunis ce mardi 7 décembre à partir de 18 heures à la Maison du Livre, les socialistes de la commune ont voté pour élire le nouveau bourgmestre. L’assemblée générale a débuté avec les discours des trois candidats, suivis d’une séance de questions et réponses avant de finir sur le dépouillement des votes. Selon le candidat retenu, l’assemblée se serait très bien passée, avec des échanges convergents mais constructifs. « Une victoire collective qui se termine sur le parvis », sourit Jean Spinette après avoir été plébiscité par la section avec 58 % des voix.

S’il travaille depuis plus de 20 ans avec Charles Picqué et souhaite écrire les pages suivantes de cette ère, Jean Spinette, échevin de l’Enseignement, ne manque pas de nouveaux projets pour autant. Et cela semble avoir payé ce mardi soir. Un enjeu essentiel, selon lui, est de permettre aux gens qui aiment la ville d’y rester, en maximisant les services de proximité notamment. Par ailleurs, l’homme politique ambitionne d’associer l’action publique et l’action associative, qui ne sont pas antinomiques à ses yeux, et mobiliser ainsi toutes les énergies à un projet collectif. « Un laboratoire d’initiatives », comme il l’appelle, qui devrait voir le jour dès son entrée en fonction.

Deux projets qui n’ont pas fait le poids

En soumettant sa candidature, Myriem Amrani, présidente du CPAS, s’attendait à ne pas être la personne retenue pour enfiler l’écharpe mayorale. À vrai dire, elle s’est surtout présentée pour répondre à l’attente de certains électeurs. Celle d’amener un renouveau et l’idée de questionner ce qui est en place. « Si on dit qu’on tourne la page de l’ère Picqué, c’est difficile de le faire réellement avec les poulains du bourgmestre », explique Myriem Amrani. Ce qu’elle appelle les poulains ne sont autres que les deux autres candidats de cette élection.

Pour la présidente du CPAS, le projet de cohésion sociale porté par la commune devrait s’accompagner d’un mayorat qui l’incarne. « On parle de Saint-Gilles comme d’une commune multiculturelle, ce serait bien justement de représenter cette particularité via une personne issue de catégories sociales différentes. » Pour cette dernière, il importe de profiter de ce moment opportun pour réfléchir à un autre positionnement et repenser le rapport au politique. À défaut, Myriem Amrani craint de ne plus voir de place pour un projet socialiste en 2024 face à la présence des autres partis à Saint-Gilles.

Cathy Marcus, échevine des Affaires sociales et du Logement, qui a pourtant déjà eu l’occasion d’endosser le rôle de bourgmestre faisant fonction, semble ne pas avoir suffisamment séduit les militants socialistes. Elle n’obtient que 30 % des voix.

En attendant le printemps 2022 où Jean Spinette deviendra officiellement bourgmestre de Saint-Gilles, Charles Picqué poursuivra son mandat tout en accompagnant son successeur dans son entrée en fonction. Après le scrutin interne, les premiers messages de félicitations sont tombés. « Bravo à Jean Spinette désigné par la section PS de Saint-Gilles comme successeur de Charles Picqué. Bravo aux deux autres candidates pour leur engagement à Saint-Gilles. Que l’équipe PS poursuive le travail, ensemble ! », a tweeté le ministre-président Rudi Vervoort (PS).

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Saint-Gilles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES