Poutine s’était préparé à la crise alimentaire bien avant le début de son offensive

Poutine s’était préparé à la crise alimentaire bien avant le début de son offensive
Isopix

Le conseiller au Kremlin, Maxim Orechkine a relevé lors d’un forum de la jeunesse à Moscou que «la principale cause de la faim dans le monde qui aura lieu cette année, ce sont les mesures économiques irréfléchies des États-Unis, de l’UE», références aux sanctions qui frappent la Russie, minant ses capacités d’exportations d’engrais et de blé.

Il a souligné, selon les agences russes, que le président Vladimir Poutine avait préparé le pays aux conséquences d’une crise alimentaire mondiale dès la fin 2021, c’est-à-dire avant l’offensive contre l’Ukraine de février 2022 que Moscou démentait préparer à l’époque, et alors que la crainte d’un conflit poussait déjà les prix alimentaires mondiaux à la hausse.

«Vladimir Vladimirovitch (Poutine) avait compris que ces questions (alimentaires) pouvaient toucher la Russie. Ainsi, on a commencé dès la fin de l’année dernière à préparer activement la Russie à la faim dans le monde», a-t-il dit.

A l’époque, la Russie était déjà confrontée à une inflation de prix alimentaires et avait introduit des restrictions ou des taxes sur les exportations de céréales, d’huiles et d’engrais.

«Ça nous permet d’être sûr de nous» aujourd’hui, a dit M. Orechkine.

Selon Moscou, ce n’est en aucun cas l’entrée de son armée en Ukraine, l’un des principaux exportateurs mondiaux de blé, qui provoque une crise alimentaire, mais bien les sanctions occidentales décidées en représailles.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde